Ne voit-on pas se réalisé le fantasme d’une science toute puissante qui bascule dans la barbarie, et d’un biopouvoir extrêmement dangereux pour la démocratie ?

Le biopouvoir est d'un type qui s'exerce sur la vie ; celle des corps et celle de la population. Il prend la place du pouvoir monarchique de donner la mort. Selon Michel Foucault,il constitue un gouvernement des hommes à travers les ministères de l'État. Il se substitue à l'emprise de l'église sur les âmes exercé par les pasteurs de l'Église se considérant comme le berger conduisant ses brebis. Le fonctionnement de cette manière de pouvoir proprement gouvernementale, restera la même, à travers l'Église ou l'État moderne : il est à la fois globalisant (le troupeau, la population) et individualisant (la brebis, le corps) dans la prise en charge, non plus des âmes, mais des hommes, avec d'un côté le corps (pour le discipliner) et d'un côté la population (pour la contrôler). L'élément commun au corps et à la population, c'est la norme statistique qui fait en sorte que ce biopouvoir s'exerce, de manière rationnelle, à la fois sur un ensemble statistique (une collectivité) et sur un individu/un particulier.

il est possible de concevoir les notions de liberté négative et de liberté positive. Autrement dit passer d'une approche centrée sur l' absence de nuisance, sur le fait que l’Etat n’a pas à nous dicter ce que nous pouvons faire, à une réflexion solidaire, plus collective, plus responsable. Nous l’avons fait avec le consentement au confinement. Se dessaisir totalement de la conception de la liberté négative peut mener à de grandes dérives liberticides.

Journal de confination

 Gestion du risque épidémique Covid-19

 Économie ou santé ? Tests antigéniques
Sérialisation

 L'état de la vaccination COVID19 par les pharmaciens

 

   

 

 

 

 
Ne manquez pas la suite !