Le décret n° 2021-248 du 4 mars 2021, élargit les compétences vaccinales des sages-femmes, des pharmaciens (d’officines, des pharmacies mutualistes et de secours minières) et des infirmiers.

Les pharmaciens formés à la vaccination peuvent :

  • prescrire les vaccins à ARNm et à vecteur viral sauf aux  femmes enceintes, aux personnes présentant un trouble de l’hémostase (les personnes sous traitement anti-coagulant ne sont pas concernées par cette restriction) et aux personnes ayant des antécédents de réaction anaphylactique à un des composants de ces vaccins ou ayant présenté une réaction anaphylactique lors de la première injection ;
  • administrer les vaccins à ARNm et à vecteur viral sauf aux personnes ayant des antécédents de réaction anaphylactique à un des composants de ces vaccins ou ayant présenté une réaction anaphylactique lors de la première injection.

Les pharmaciens peuvent prescrire et administrer les vaccins à vecteur viral dans leurs officines et en centres de vaccination, et peuvent prescrire et administrer les vaccins à ARNm en centres de vaccination.

Il est prévu que les officines qui proposent de vacciner contre la COVID-19 soient référencées sur le site internet sante.fr, comme elles le sont pour les tests antigéniques. Un formulaire sera mis en place dans le courant du mois de mars pour que les officines puissent déclarer les informations administratives/organisationnelles liées à la vaccination (jour où la vaccination est possible, accessibilité du lieu pour les personnes en situation de handicap…).

Le pharmacien peut programmer ses vaccinations sur 48 heures après ouverture du flacon sous réserve de disposer d’un réfrigérateur exclusivement réservé au stockage de médicaments, qualifié et contrôlé à +2° / +8°. La date et l’heure du premier prélèvement devra être inscrite sur tout flacon entamé. Il est impératif que chaque vaccination soit renseignée sans délai dans la plateforme réservée à cet effet en sélectionnant le vaccin spécifique.

Chaque officine est libre de s’équiper, si elle le souhaite, du logiciel de prise de rendez-vous de son choix. Il est conseillé aux professionnels de santé de prévoir les rendez-vous de vaccination dès réception des vaccins en officine, par exemple à compter du samedi ou lundi suivant, soit environ une dizaine de jours après la prise de commande sur le portail de télé-déclaration par l’officine.

 

Il est recommandé de placer le patient sous surveillance pendant au moins 15 minutes après la vaccination afin de détecter la survenue d’une réaction anaphylactique suivant l’administration du vaccin. Les pharmaciens doivent disposer du matériel et des produits pharmaceutiques adaptés dont de l’adrénaline injectable.

 

Source Direction Générale de la Santé le 2021/03/09

 

Au 27 juin 2021, 25 % des personnes diabétiques, 33 % des patients présentant une obésité sévère et près de 25 % des patients souffrant d’hypertension artérielle n’étaient pas vaccinées. La vaccination doit s’intensifier pour éviter une nouvelle vague épidémique.

Les pharmaciens, acteurs majeurs de la vaccination

En contact très fréquent avec les patients qui souffrent de pathologies chroniques (patients diabétiques, hypertendus et avec un IMC élevé supérieur à 30), les pharmaciens d’officine sont des acteurs incontournables de la vaccination pour protéger ces personnes susceptibles de contracter des formes graves de la Covid-19.

La délivrance de médicaments : moment privilégié pour proposer la vaccination

La délivrance des traitements médicamenteux est un moment privilégié pour inviter ces patients à se faire vacciner en officine si elles ne l’ont pas déjà fait. En effet, la confiance des patients dans leur pharmacien est un atout majeur pour convaincre les hésitants à se faire vacciner sans plus attendre et accroître ainsi la couverture vaccinale.

source ameli.fr