VaccinCovid19http://fedeouest.org/index.php?view=article&id=34&catid=23

RestezChezVous

Le gouvernement français, à trois reprises, a décrété un confinement.

Depuis le 24 mars 2020, afin de freiner la diffusion du virus SARS-CoV-2, la France vit en régimes juridiques exceptionnels qui permettent au gouvernement de mettre en place, par simple décrets, des mesures très liberticides telles que confinement du 17 au 10 mai 2020 (55 jours) du 30 octobre au 14 décembre 2020 (45 jours) du 3 avril au 2 mai 2021 (28 jours), couvre-feu du 15 décembre 2020 au 20 juin 2021 ou passe sanitaire le 17 janvier 2021 qui deviendra vaccinal le 9 août (« état d’urgence sanitaire » ou en « sortie d’état d’urgence sanitaire »).

Le confinement est une « assignation à résidence » avec des adaptation qui ont évoluées au fil des trois périodes. Les déplacements sont réduits au stricte nécessaire, courses alimentaires, soins et travail quand le télétravail n'est pas possible, les sorties sont limitées aux alentours du domicile pour les activités physiques, les promenades canines. Il s’insère plus globalement dans un ensemble de politiques de restrictions des contacts humains et des déplacements en réponse à la pandémie, gestes barrières, port du masque, distanciation physique, pénalisation des infractions liées à cette nouvelle règle, fermeture des frontières de l'espace Schengen et report du second tour des élections municipales.

Le conseil scientifique sera dissous le 31 juillet avec la fin du régime de sortie de l’état d’urgence sanitaire. La suite reste encore un peu floue. Le ministère de la santé a confirmé la création d’un « comité consultatif pérenne  complémentaire des agences déjà existantes dans un principe d’indépendance, de transparence et d’agilité. L'objectif sera d’assurer un rôle de veille et d’anticipation ainsi qu’un rôle de conseil lorsque de nouvelles crises sanitaires surviendront. Il sera délibérément et avant tout pensé dans le contexte “One Health” [« une seule santé »] qui considère ensemble la santé humaine, animale et végétale dans un environnement sain car les risques sont non seulement infectieux mais aussi liés à la qualité de l’air, de l’eau et de la terre, et à l’impact du changement climatique . » Les outils SI-DEP pour l’enregistrement des tests et Contact Covid pour le traçage des cas contacts est maintenu jusqu'au 31 mars 2023. Le gouvernement se réserve la possibilité de rétablir par simple décret le passe sanitaire sur le territoire et, aux frontières pour les personnes de plus de 12 ans, le port du masque obligatoire. L’Union Européenne, prolonge le dispositif de passe sanitaire européen jusqu’au 30 juin 2023. Mais le gouvernement serait obligé d’en passer par le Parlement, où il ne dispose plus de la majorité absolue, pour rétablir ces mesures sanitaires nécessaires si une nouvelle vague meurtrière venait à toucher notre pays.

EquipementBarriereEn ces temps de crise sanitaire, la préoccupation des États tourne autour du vivant et des corps avant même l’économie ou l’environnement (Roberto Exposito). La pensée du philosophe rappelle que les gouvernements font appel à la science pour diriger les humains loin des croyances, ce qu’au milieu des années 70 Michel Foucault présenta sous les deux termes de « biopouvoir » et de « biopolitique ».

Par « biopouvoir », il désigne un moment de transformation profonde du pouvoir politique du contrôle des comportements des citoyens, conçus comme des sujets de droit vers la vie des individus conçus comme entités singulières, et la vie de la population comme masse globale affectée de processus d’ensemble qui sont propres à la vie. Là où le souverain avait le droit de « faire mourir ou laisser vivre » sans intervenir sur la vie quotidienne de ses sujets, le biopouvoir se donne la vie des individus pour objet et pour but concernant les corps, leur naissance, leur santé, leurs accidents, leur vieillesse, leur mort : Comment assurer la sécurité sanitaire d’une population soumise aux risques et aux aléas du biologique ? Comment articuler le registre du corps de citoyens libres et celui du corps collectif de la population ? Comment articuler la liberté de chacun avec les décisions qui s’imposent à l’espèce humaine tout entière ?

Par « biopolitique », Foucault désigne le pouvoir qui s’exerce du bas vers le haut, à travers les institutions qui ont en charge le contrôle de pans spécifiques de la vie des humains (l’hôpital, la prison, l’asile, la crèche, la maison de retraite, la caserne) et les différentes fonctions de ces institutions (le contrôle, le soin, la normalisation ou la répression des corps, couplés aux savoirs relatifs à la santé et à la vie des corps),  à leur gestion économique, à leur comptage statistique (la médecine, la génétique, la biologie, l’économie, la statistique).

Depuis le début de la pandémie, le pouvoir politique traditionnel et les technologies de biopouvoir chargé de la santé se croisent dans les mesures générales qui ciblent la population considérée comme un tout (délais de confinement, commandes de matériel hospitalier et de médicaments, financement et activation de protocoles expérimentaux ou déblocage d’aides financières) et dans l’intériorisation par les individus des nouvelles normes d’hygiène et de conduites sociales destinées à combattre la propagation du virus. La prééminence de l’hôpital et de la recherche médicale, le rôle des statistiques et des algorithmes de sortie de confinement, mettent en lumière l’abandon par l’Etat de droit de certaines de ses prérogatives au bénéfice des experts.

                          

Il y a 150 invités et aucun membre en ligne

  • Utilisateurs inscrits 11
  • Articles 91

Qui sommes nous ?

Nous contacter

© 2017 - 2022 Infopraxie pour fedeouest.org